(via) rupta (latin) : route, road, ruta, weg, ... Via rupta signifie litéralement voie brisée, creusée dans la roche, pour tracer le chemin [1]. Here are fragments of my rupta.

[1Comme nous le rappelle la définition francophone de route de Wikipedia.

Ailleurs...

Blog de Robert Sebille

Jeroen’s losse flodders

El Camino de Santiago

vanimpe.eu

Des pommes et des poires - Le blog de François Schreuer

Blog van Wonko

Benjamin Sonntag

<   dimanche 6 novembre 2005   >

Oui, je goûte bien à l’hospitalité africaine depuis quelques mois, que ce soit la teranga sénégalaise ou l’accueil des autres communautés africaines présentes à Dakar [1]. Etant moi-même étranger, je rencontre beaucoup d’étrangers ici, Dakar est cosmopolite, ce sont tous des africains, j’avoue que je n’essaie pas vraiment de cotoyer les européens, américains ou autres asiatiques installés ou de passage. Et je dois dire que ça me plaît bien !

Le climat de farniente, à l’italienne comme le nomment certains là-bas au nord, expression qui serait sans doute appréciée car les Sénégalais aiment l’Italie, pose parfois question ici. La semaine dernière c’était la fête de la korité, la fête de la fin du ramadan. Partout dans le monde elle se fêtait le mercredi, partout sauf au Sénégal. Ici il y a eu 3 korités ! Certains l’ont fêtée le mercredi, d’autres le jeudi et d’autres encore le vendredi, cela à cause, ou grâce, aux différentes confrèries religieuses présentes dans le pays.

Alors que beaucoup chez nous se réjouiraient certainement d’avoir 3 jours fériés au lieu d’un seul, ce n’était pas la réflexion de tout le monde ici. Ils sont nombreux à trouver là une des raisons au sous développement. Comment peut-on faire avancer un pays si pendant une semaine toute l’économie s’arrête ?

Alors qu’en Belgique la réforme de la sécurité sociale est de plus en plus d’actualité, soulevant pas mal de boucliers dans le monde syndical et altermondialiste, ici la population active cherche à travailler plus, pour mieux nourrir la famille et pour contribuer à l’évolution du pays. Et personnellement je dois dire que je trouve ces deux efforts plus que louables. Mais ne sommes-nous pas tous à la merci de cette économie mondiale ultra-libéralisée ? Ne serait-il pas opportun de changer de paradigme d’échange, de réécrire les règles du jeu du commerce et du pouvoir ? Mais comment arriver à faire passer un tel message dans des populations ayant des réalités tellement différentes ?

< brève précédente    -    brève suivante >

[1Non, je ne lancerai pas la polémique sur qui offre la meilleure hospitalité, ne me titillez pas !


Derniers commentaires

> Jours fériés en série

voilà, j’ai réussi à aller sur ton site ! J’ai pris tout mon temps pour chercher puisque c’est jour férié ici ce 11 novembre et que je n’ai rien d’autre à faire... Maintenant que je connais le chemin, j’y viendrai plus souvent car ce que tu y racontes est intéressant. Je croyais tous les Africains lents et paresseux,je dois donc revoir mon jugement. Les Sénégalais sont donc plus travailleurs que les Liégeois ? Dans nos pays dits civilisés, on aurait envie de faire l’autruche et de mettre sa tête dans le sable pour ne plus voir ce qu’il se passe : émeutes, grèves, corruption. Je vais quand même aller voir le JT, on ne sait jamais qu’ils annoncent quelque chose de beau et de bon !!! A + Luce

11 novembre 2005, 18:51, tante +, Répondre à ce message

plouf Creative Commons -  Espace privé -  XHTML -  CSS -  v1.1.3