Novembre 2007, patrick

Sur ce sujet, je te conseille vivement la lecture de "The Bottom Billion", de Paul Collier.

Selon lui et ses études statistiques, il n’existe pas d’effet "africain" particulier. La pauvreté et la faible croissance économique (c’est un économiste, et clairement, il ne remet pas en cause l’idée que la croissance est l’objectif numéro un) des pays africains s’explique par un certain nombre de pièges qui forment chacun un cercle vicieux avec la pauvreté : le piège de la guerre, des ressources naturelles, de la mauvaise gouvernance et de l’enclavement. Aucun de ces pièges n’est spécifique à l’Afrique, mais simplement, beaucoup de pays africains cumulent ceux-ci.

Il tape sur la droite, en montrant comment l’aide humanitaire peut être très utile dans certaines conditions, et comment la globalisation (surtout la concurrence de la Chine et l’Inde, et la mobilité des capitaux et des cerveaux) ne laisse que peu de chances aux pays les plus pauvres. Il tape sur la gauche en montrant que sous certaines conditions, la force militaire a un rôle à jouer, et l’aide humanitaire et d’autres chevaux de bataille des ONG (dont l’annulation de la dette) peuvent faire plus de mal que de bien. Dans l’ensemble ça rafraichit pas mal l’esprit, et il essaie de proposer un maximum de pistes concrètes tout en disant clairement que les pays les plus pauvres, surtout les pays enclavés risquent fort de le rester encore bien longtemps...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Si vous donnez votre adresse de courriel dans ce formulaire, elle ne sera pas visible des autres visiteurs, mais uniquement par moi.


plouf Creative Commons -  Espace privé -  XHTML -  CSS -  v1.1.3