A la Princesse de mon coeur, la femme de ma vie, pour toi Mathilde.

Le 4 novembre 2006.

Ma Princesse,

Ce jour, depuis 10 mois je l’attendais, je l’attendais chaque matin plus impatiemment. C’est aujourd’hui, nous y sommes. Aujourd’hui, le 4 novembre 2006, c’est un grand jour pour nous, c’est un grand jour pour moi. Aujourd’hui s’ouvre une nouvelle vie. Et cette nouvelle vie, c’est avec toi que je veux l’ouvrir. C’est parce que je t’ai rencontrée, toi, Mathilde, que je suis capable d’en pousser les portes. Ces portes elles s’ouvrent grâce à toi, elles sont plus légères, et nos 4 mains s’unissent pour les pousser sans crainte car elles savent ce qu’il y a derrière.

Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a d’abord la chambre de la gaieté et de la joie - je sais que ton sourire l’illuminera. Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a une chambre resplendissante, colorée, remplie par ta beauté et tes idées. Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a une chambre lumineuse, ouverte sur le ciel et le soleil comme tu es ouverte sur le monde. Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a une chambre forte et durable, solidifiée par ta volonté et ta compréhension. Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a de petites chambres douillettes et confortables qui ne demandent qu’à être habitées. Derrière les portes de cette nouvelle vie, il y a de nombreuses autres portes grâce auxquelles notre famille et nos amis continueront, tout aussi bien qu’aujourd’hui, à être proches de nous et à nous soutenir. Je sais que ton art de recevoir les gardera toujours ouvertes et accueillantes.

Au dessus de chacune des portes de cette nouvelle vie, nous placerons un signe rendant grâce à Dieu afin qu’il soit là pour nous guider et nous aider à dépasser les difficultés que nous aurons à surmonter.

Le chemin était peut-être un peu long, parfois un peu tortueux pour arriver jusqu’ici. Cependant il n’était pas dû au hasard, il était unique et avait un sens, ce chemin c’était le mien, ce chemin c’était le tiens et nous devions les parcourir pour qu’ils se rencontrent, pour qu’ils nous mènent à notre rendez-vous de ce 4 novembre. Aujourd’hui, au delà de la porte que nous franchissons, nos chemins ne font plus qu’un, un chemin plus large, plus ouvert. Je t’invite à y poser nos premiers pas...

Publié le : vendredi 17 novembre 2006.
Modifié le : vendredi 17 novembre 2006.

plouf Creative Commons -  Espace privé -  XHTML -  CSS -  v1.1.3