Xalaat signifie pensée en wolof, la langue principale du Sénégal [1]. Xalaat means thought in wolof, the main language of Senegal [2]

Derniers articles

[1Hormis le français, qui est la langue officielle, on y parle environ 35 langues différentes. Les plus répandues sont le wolof, le peul, le sérère, le diola, le bambara et le soninké.

[2Without french, the official language, there are about 35 different spoken languages, the most common are : wolof, peul, serere, diola and the bambara.

Ailleurs...

del.icio.us/tonin

@ntw0n

Dogmazic - Musique libre

tonin on GitHub

<   jeudi 10 janvier 2008   >

Non, pas de joyeux message de nouvelle année ici, l’humeur n’y est pas trop. Les derniers jours de décembre étaient pour moi les derniers jours de mon contrat de coopérant avec Aquadev. C’est un peu étrange, car je ne sais pas encore ce qui m’attend pour 2008.

Lorsque j’ai vu l’offre d’emploi pour venir travailler chez Aquadev, au début de l’année 2005, j’ai été intéressé. Travailler dans une ONG, en Afrique, tout en y mettant à profit mes compétences d’ingénieur en informatique, ça serait dépaysant et puis je m’y préparais depuis quelques temps. Suite à mes expériences chez Quinoa, ma formation à ITECO, c’était bien le même chemin qui continuait. Après avoir travaillé dans le secteur privé (dans une toute grosse boîte, puis une toute petite) et dans le secteur public, il ne me manquait plus que l’expérience dans une structure associative (comme travailleur, pas comme bénévole, ça je connais depuis longtemps).

De plus, travailler dans une ONG, me disais-je alors, ça doit être assez cool, moins de stress, plus de dialogue, de participation, d’ouverture. C’est avec ces perspectives que j’ai déménagé pour Dakar, et que je me suis investi dans mon travail à Aquadev.

A Dakar j’ai été très bien accueilli, l’équipe locale est très chaleureuse et l’intégration facile. Au début simple développeur sur le logiciel ADbanking, je suis devenu, suite au départ du responsable informatique d’alors, le nouveau responsable du développement du logiciel. A ce poste, j’ai appris beaucoup de choses, gérer une équipe et coordonner le travail de développement sur un gros logiciel dont dépendent plusieurs centaines de millier d’utilisateurs finaux, c’est vraiment très motivant.

Petit à petit, et pas seulement depuis que je suis responsable, ma vision des choses devait cependant changer. Je devais découvrir que la participation et le dialogue au sein de l’équipe d’Aquadev est souvent à sens unique. La direction est là pour décider et planifier, les équipes sont là pour exécuter, à chacun d’assumer son rôle, telle est la philosophie. Seulement, cela se passe dans un contexte d’autonomisation des équipes locales, qui deviennent en 2008 des associations ADfinance soutenues par Aquadev, ce qui créé des difficultés car ces équipes ne se sentent pas responsabilisées. Je résume sans doute un peu trop car l’histoire est longue et différents événements ont eu lieu dans la vie de cette ONG qui fêtait en 2007 ses 20 ans.

Fin 2007 est la fin du plan quinquennal conclu entre la DGCD et Aquadev. Les programmes changent, les budgets aussi et les équipes sans doute aussi. Cependant rien n’est clair, par faute de ministre, la DGCD tarde à donner le feu vert sur le nouveau programme, personne ne sait ce qui sera accepté ou refusé. Et, face à cette situation, dans une certaine situation de crise, les dirigeants d’Aquadev ne savent que faire, ils soufflent le chaud et le froid. Après avoir laissé flotter un doute assez présent sur la poursuite des contrats en 2008, après avoir proposé, il y a moins de 2 semaines que les contrats à durée déterminée soient remplacés par des contrats de prestataires (donc sans couverture médicale), ce sont finalement des prolongation de 3 mois des contrats en cours qui vont être proposées à tous les membres restants de l’équipe. Pourquoi avoir attendu le 2 janvier pour faire une telle annonce ?

Bien évidemment, cela c’est pour les personnes restantes, car plusieurs, compte tenu de l’insécurité d’emploi régnante, ont pris les devants et sont allés voir l’herbe plus verte d’ailleurs. Ce qui est tout à fait compréhensible lorsqu’on a une charge de famille et des engagements, et Dieu sait si les familles africaines sont grandes.

Pour mon équipe, la situation est un peu différente, mais pas plus sûre. L’activité de développement de notre logiciel, ADbanking, doit être externalisée, c’est une décision du conseil d’administration. Si cette externalisation est logique, car ce n’est pas le métier d’une ONG de développement, et peut-être salutaire pour le logiciel, je suis un peu déçu de ne pas être impliqué dans ce processus. En effet je suis actuellement la seule personne qui dirige l’équipe de développement et suit l’évolution du logiciel.

Toutes ces pratiques au sein d’Aquadev, font plus penser au fonctionnement d’une grosse multinationale dont le conseil d’administration fait passer les ordres dictés par les actionnaires. Ca ressemble à du management par la peur, alors même qu’il n’est pas productif. Si une institution valorise son personnel, il y a bien d’autres manières de le motiver.

Aquadev me proposera peut-être encore un poste de coopérant dans le nouveau programme Promia, lorsqu’il sera accepté. Cependant ce poste va changer toutes mes responsabilités et mon domaine de compétence, une réorientation de carrière que je ne souhaite pas actuellement. Alors je ne sais pas encore très bien ce que me réserve 2008, bien que Mathilde et moi avons quelques idées.

Même si je quitte Aquadev, j’en garderai des souvenirs inoubliables, celui de l’accueil d’une famille où il fait bon vivre, celui d’un travail accompli grâce auquel on se sent utile, celui de mener une équipe qui grandit et grâce à laquelle on se sent grandir soit même.

Alors, en changeant d’humeur, je terminerai en vous souhaitant pour cette nouvelle année qui commence du bonheur dans vos foyers et de la réussite dans vos projets qu’il soient professionnels ou autres, dans ces temps incertains il est peut-être plus sage de se réaliser hors du cadre professionnel. Que 2008 soit grande et belle, quoiqu’il arrive !

< brève précédente    -    brève suivante >

Derniers commentaires

> Les ONG comme les multinationales ?

Salut Antoine,

Heureusement que je passe sur ton blog pour avoir de tes nouvelles ! ADbanking c’était un beau projet, tu as fait un super bon travail avec l’équipe là-bas mais en effet à Bruxelles ils étaient incapable de soutenir le produit et ils (la direction) n’ont pas su faire confiance ni responsabiliser l’équipe de Dakar.

Pour moi l’aventure Aquadev n’avait duré que quelques mois, l’esprit au quartier général était très mauvais je trouve, et le flou qui entoure l’avenir de la coopération n’aidait pas comme tu l’expliques. Tu compares l’ONG à une multinationale, mais en réalité j’avais quitté une multinationale pour aller chez Aquadev et l’ambiance était beaucoup plus libre dans la grosse boite privée que dans l’ONG !

Bonne continuation dans tes nouvelles aventures, si tu cherches du boulot à Bruxelles la boite ou je travaille engage !

Pierre

23 avril 2008, 22:01, Pierre, Répondre à ce message

plouf Creative Commons -  Espace privé -  XHTML -  CSS -  v1.1.3